Nishamag

Violences conjugales : une femme se retrouve mutilée par son mari

Publicités

Une Kényane de 22 ans qui a vu ses mains coupées par son mari a mis en garde les femmes mariées qui subissent des violences domestiques dans leur foyer. 

Lire aussi : Drame : un adolescent arrêté pour avoir violé une fillette de 6 ans

S’adressant à The Standard depuis son lit à l’hôpital de référence du comté de Busia au Kenya lundi, 22 novembre, Janet Auma a juré de ne jamais se remarier. 

« N’écoutez pas les conseils qui vous disent de rester sur place et de protéger votre mariage. C’est l’erreur que j’ai commise », a déclaré Auma.

Elle a dit avoir rencontré son mari Bernard Ouma en 2018. Ils sont sortis ensemble pendant quelques mois avant de commencer à vivre ensemble.

Avant de rencontrer Ouma, elle avait abandonné l’école après être tombée enceinte à l’âge de 17 ans.

Elle était une élève de deuxième année à l’école secondaire Buhuri dans le sous-comté de Butula.  L’homme responsable de la grossesse l’a abandonnée.

« J’étais enceinte de sept mois lorsque j’ai abandonné l’école à cause de la stigmatisation à laquelle j’étais confrontée », a déclaré Auma.

Elle a ensuite rencontré Ouma qui lui a promis de s’occuper de son enfant.

« Mon mari a également eu deux enfants de son précédent mariage. Nous avons convenu d’être des parents responsables », dit-elle. 

Dix-huit mois plus tard, elle est de nouveau enceinte.  « Notre mariage s’est heurté à des difficultés après l’accouchement.  Mon mari m’a dit qu’il ne s’occuperait pas d’un enfant qu’il n’aurait pas engendré. »

Auma a déclaré qu’elle avait demandé à son ex-petit ami de venir chercher son fils, mais cela ne s’est pas bien passé avec Ouma, qui l’a accusée d’infidélité.

Elle prétend qu’Ouma l’a battue sans raison.  

« J’ai toujours vécu dans la peur, mais d’autres femmes m’encourageaient à rester sur place, insistant sur le fait que le mariage est plein de défis. »

Sa décision d’assister à une réunion de parents dans une école locale où les deux enfants de son mari étaient scolarisés lui a causé des ennuis.

« Quand je suis rentrée à la maison plus tard dans l’après-midi, j’ai trouvé la télévision brisée . Mes beaux-enfants m’ont dit que mon fils en était responsable« , a-t-elle déclaré.

Ouma l’a enfermée avec son fils dans la maison et les a battus.

Lire aussi : Scandale : un prêtre de 86 ans accusé d’agression s3xuelle sur un gamin de 12 ans

« Il soulevait le bébé et le laissait tomber par terre tout en faisant pleuvoir des coups de poings et des coups de pied pendant au moins une heure. Nous avons subi des blessures graves. À minuit, alors que nous nous étions couchés, il m’a dit qu’il me tuerait si je ne remplaçais pas l’écran de la télévision. »

« Le matin, il a donné de l’argent à ses enfants pour le petit-déjeuner et le déjeuner et ne s’est pas soucié de nous. J’ai raconté à ma sœur ce qui s’était passé et elle m’a envoyé 800 Sh pour rentrer à la maison », dit-elle.

Sa belle-mère a ensuite rendu visite à ses parents et a plaidé pour qu’elle retourne dans son domicile conjugal, mais elle a refusé.

Auma lui a rendu visite et l’a convaincue de retourner auprès de lui.

« Il a affirmé qu’il s’était réformé. J’ai accepté de retourner auprès de lui contre la volonté de ma mère. Au bout d’une semaine, les problèmes ont recommencé », a-t-elle déclaré.

Selon Auma, sa mère lui avait envoyé des vêtements mais à l’intérieur du sac, il y avait un t-shirt qui ne lui appartenait pas.

Son mari l’a accusée d’avoir accepté des cadeaux de ses amants secrets et a menacé de la tuer.

Le lendemain matin, Ouma a demandé à sa femme d’emmener son fils malade à l’hôpital et lui a remis 700 Sh, qu’elle a utilisés comme billet de retour chez elle le 26 octobre.

Il (Ouma) a commencé à envoyer des gens pour convaincre Auma de retourner dans son domicile conjugal, mais elle a refusé.

Et le 31 octobre, Ouma est arrivée chez elle et l’a attaquée avec une machette avant de s’enfuir à moto.

« Je ramassais du bois de chauffage lorsque je l’ai vu approcher en brandissant une machette . Son visage était couvert, mais je pouvais l’identifier facilement par sa manière de marcher.», a déclaré Auma.

« Il visait ma tête, mais j’ai utilisé mes mains pour me protéger. Ma main gauche a été complètement coupée. »

Elle a signalé l’affaire au poste de police de Butula, mais l’accusé est toujours en fuite.

Le commandant de la police du sous-comté de Bumala, Jacob Chelimo, a déclaré qu’ils recherchaient toujours le suspect un mois après l’incident.

Lire aussi : Insolite : un père annule le mariage de sa fille le jour J devant le maire

La mère de la victime, Modesta Auma, craint que le suspect ne s’en tire indemne.

« Il (suspect) a été repéré dans notre village pendant la soirée , et nous avons peur qu’il puisse frapper à nouveau. Nous voulons que la police nous protège », a-t-elle déclaré.

Gentrix Sanda, une assistante sociale médicale au Centre de lutte contre la violence sexiste de l’établissement de référence, a déclaré qu’Auma devrait être emmenée dans une maison sûre, surtout maintenant que le suspect erre toujours.

Auma regarda ses mains avec pitié.  « Je fais appel aux personnes de bonne volonté pour qu’ils m’aident à avoir des mains artificielles et à payer une facture d’hôpital de 50 000 Sh. », a t-elle supplié.

Avec AfrikMag

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Nishamag
Publicités