Nishamag

Un violeur en série arrêté par la police !

Un violeur en série a été arrêté dans l’État de Kano, au Nigéria, par la police pour avoir prétendument violé 40 personnes en un an dans une ville. Selon le porte-parole de la police, Abdullahi Haruna, une mère a attrapé l’homme dans la ville de Dangora, dans le nord du pays, dans la chambre de ses enfants.

La police a révélé après leurs enquêtes que ses attaques contre des femmes innocentes incluaient des enfants aussi jeunes que 10 ans et une femme de 80 ans.

Ahmadu Yau, le chef de la ville, a été relevé que le suspect, qui n’a pas encore été identifié, avait été arrêté pour que la loi suive son propre cours. «Les habitants de Dangora sont si heureux en ce moment et nous espérons que la justice sera rendue de manière appropriée», a-t-il déclaré .

A LIRE AUSSI: Scandale : Un pasteur viole une fille pour la délivrer

La plupart des résidents vivent dans la peur de ne pas savoir quand eux-mêmes ou quiconque qu’ils connaissent seraient attaqués. Selon des informations, les habitants ont dit qu’il y avait des rumeurs selon lesquelles un violeur en série escaladait des clôtures et violait des femmes chez elles. “Nous pouvons maintenant dormir les deux yeux fermés”, a expliqué une femme.

De nombreux Nigérians dénoncent les injustices infligées aux femmes. Il y a eu plusieurs incidents de femmes violées et tuées et les gens disent qu’ils en ont assez. Des milliers de personnes ont signé des pétitions en arborant le hashtag #WeAreTired sur les réseaux sociaux, a rapporté la BBC .

Une enquête publiée par NOIPolls en 2019 indique qu’une fille sur trois vivant au Nigéria peut avoir été violée ou avoir subi au moins une forme d‘agression sexuelle avant l’âge de 25 ans. La plupart des cas, cependant, ne sont pas signalés.

En effet, les répercussions des personnes qui victimisent les victimes et leurs familles, la peur d’être appelé des menteurs, l’extorsion de police et le manque de confiance dans le système judiciaire et les procédures du pays sont les nombreuses raisons pour lesquelles les victimes ne prennent jamais la parole.

A LIRE AUSSI: Ils coupent les mains de leur complice après une arnaque

En outre, les Nigérians se  sont tournés vers  Twitter et d’autres plateformes de médias sociaux pour demander justice pour le meurtre d’Uwavera Omozuwa, un étudiant de 22 ans de l’Université du Bénin. Elle aurait été violée et agressée à l’église où elle est allée étudier et est décédée trois jours après.

La famille d’Uwa plaide également auprès des autorités pour trouver les auteurs de cet incident tragique, et elles demandent au public d’aider à retrouver les tueurs. Elle voulait être  infirmière  et venait de commencer sa première année à l’Université du Bénin en tant  qu’étudiante en microbiologie .

Omozuwa fréquentait souvent l’église de son quartier chaque fois qu’elle voulait un endroit calme pour lire ou étudier. Les médias locaux  ont rapporté qu’un groupe d’hommes serait entré dans l’église, l’aurait  violée  et lui aurait frappé la tête avec un extincteur.

Une femme de l’Église chrétienne de Dieu rachetée a appelé la famille pour l’informer de l’attaque. Elle a été emmenée à l’hôpital après qu’un gardien de sécurité l’ait trouvée à l’église avec sa jupe déchirée et sa chemise couverte de sang.

A LIRE AUSSI: La surprenante histoire d’un séminariste violé par 3 femmes

Il y a tellement d’agitation dans le monde et beaucoup de gens ont décidé que s’asseoir sur la clôture et laisser les injustices passer inaperçues n’était pas une option, donc une ère de protestations dans les rues et sur Internet se poursuit partout, ce qui force le pouvoir estimer.

Face2face

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!