Nishamag

Togo: sexe et grossesses en milieu scolaire, ces chiffres qui effraient !

Hier un sujet tabou auquel on n’ose l’appeler chez ses parents, le sexe cet organe précieux, est devenu aujourd’hui des petits pains que les jeunes filles et garçons se partagent et consomment sans modération jusqu’à devenir accros. Le phénomène est bel et bien présent dans les établissements scolaires privés comme publics (collèges, lycées et universités du Togo) de Lomé et de l’intérieur du pays et alimente le débat avec son lot de scandales. Le sexe à volonté dans les milieux scolaires au Togo, va finir par emporter ces adolescents supposés être la relève de demain. L’avenir de nombreuses adolescentes est en danger à cause des activités sexuelles précoces en milieu scolaire. C’est le triste constat que l’on peut dresser au regard de ce qui se passe dans les établissements scolaires du Togo.


Aujourd’hui le phénomène de la prostitution des élèves du collège et du lycée prend de l’ampleur dans toutes les villes du Togo et chaque ville avec ses réalités. Mais la cause commune à tous ces maux est certainement la pauvreté, la démission des parents et l’absence de la relation entre les parents d’élèves et les enseignants. Et les exemples sont légion. La prostitution en milieu scolaire, un phénomène bien inquiétant. Ils sont nombreux, ces élèves, collégiens, lycéens et étudiants qui malheureusement s’adonnent à une vie de débauche. Certains de ces jeunes filles ont l’habitude de porter de la robe sexy et moulante dessinant tout leur corps ou de mini-jupe laissant parfois voir les parties intimes. Beaucoup d’entre elles s’impliquent dans des activités sexuelles prématurées, qui, éventuellement posent des menaces non seulement à leur bien-être, mais aussi au développement de leurs communautés par extension.

A LIRE AUSSI: Voici pourquoi il y a beaucoup de « mères célibataires » à Lomé

Depuis quelques années, le milieu éducatif togolais est gangréné par un phénomène devenu presque une mode : la grossesse. En se référant aux statistiques des années passées, les chiffres font froid au dos. Que faire face à cette situation qui, si rien n’est fait, risque de porter un coup dur à l’éducation de la jeune fille togolaise ? Dans certains établissements scolaires publics et privés, à Lomé comme à l’intérieur du pays, cela fait objet de discussions. Le nombre de grossesse et d’abandon chez les jeunes filles scolarisées ne cesse de grimper. Nous n’en voulons pour preuve que les chiffres de 2012 produit le ministère de l’Enseignement primaire et secondaire. « Le phénomène sévit de plus en plus dans les établissements scolaires et il faut s”y attaquer énergiquement pour l’éradiquer, parce qu’il est lourd de conséquences pour un homme qui est frappé par la loi anti-harcèlement et qui est emprisonné, abandonnant ainsi sa famille pour une longue durée. La jeune fille, lorsqu’elle est aussi harcelée, ne peut plus poursuivre ses études avec sérénité et dans la quiétude psychologique », fait remarquer Mlle Solange Fiaty de la Jeune Chambre Internationale Lomé Prestige à notre rédaction. Nos jeunes filles se prostituent en milieu scolaire !

Comme dans la plupart des capitales africaines, Lomé n’échappe pas à la prostitution infantile. Racolage dans les rues, les hôtels, les bars ou les « salons de massage », rien de plus facile que de trouver une péripatéticienne. Selon les services officiels du Togo, 27.000 prostituées travaillent dans le grand Lomé ; 31% d’entre elles ont moins de 18 ans. C’est un défi majeur car ce phénomène affaiblit les efforts des gouvernements et des organisations concernées dans leur combat d’assurer un service de santé publique de qualité aux populations. Togonyigba a approché quelques personnes qui malgré leur anonymat nous dévoile quelques trucs.


Rosaline, une élève : «Nos parents ne peuvent pas se permettre de répondre à nos besoins. Ils ne peuvent pas nous acheter des vêtements. Souvent, ils ne nous versent pas d’argent de poche quand nous allons à l’école. À l’école, nous sommes pointés du doigt ; c’est ce qui nous pousse de faire ce « job » afin de pouvoir subvenir à nos besoins. Il n’est pas de notre faute. »

A LIRE AUSSI: Nigeria : Un garçon de 15 ans engrosse sa mère

Sika, une élève : «Beaucoup de mes camarades de classe utilisent des téléphones mobiles. Chaque fois que je leur demande où ils les ont obtenus, elles répondent ainsi – «Utilise ce que tu as pour obtenir ce que tu veux ». Je n’ai jamais compris cette expression jusqu’à ce qu’un jour alors que je fouillais le sac d’une de  mes camarades, j’ai retrouvé des vêtements de maison. Je lui ai demandé d’expliquer… mais elle a rapidement décliné. En fin de compte, j’ai compris que, mes amis, après les cours, font usage d’un bâtiment inachevé derrière notre école pour changer leurs uniformes – prêtes à visiter des maquis  du quartier, endroits souvent fréquentés par des chinois… Elles échangeraient leur partie intime contre des billets de 500 FCFA ou encore 1000 FCFA… »

La pauvreté, l’une des causes de la prostitution des élèves ?


A l’école certaines élèves aiment faire du mimétisme mais la réalité économique n’est pas la même dans toutes les familles. Certaines élèves dont les parents sont financièrement bien donnent l’argent de la popote assez conséquente à leurs enfants pour qu’elles puissent manger à leur faim et pour qu’elles s’habillent aussi bien. Cependant à côté d’autres enfants trouvent à peine cents francs pour manger à l’école. En voulant être au même niveau que leurs amis ces dernières sont contraintes d’accepter les propositions des garçons et des hommes âgés en échangeant le sexe contre l’argent. Conséquences beaucoup de jeunes filles adolescentes tombent enceintes sur les bancs de l’école et abandonnent les études. Les élèves entres elles ne donnent pas de conseils à leurs amis. Elles incitent plutôt leur camarades à tomber dans la prostitution avec des témoignages excitants: « je suis élèves en classe de premières j’ai un petit ami en France qui m’envoie de l’argent à la fin de chaque mois. J’ai un autre à Lomé qui est fonctionnaire et s’occupe de ma scolarité. Et je sors avec un troisième ici à Kpalimé avec qui je passe tout mon temps. Ce qui fait je ne manque de rien » a déclaré Sonia élève en classe de première.

Ces témoignages ne peuvent qu’encourager le phénomène de prostitution dans les établissements scolaires du Togo. Ainsi plusieurs sont ses filles qui prennent ces témoignages comme paroles d’évangiles et pensent que leurs bonheurs se trouvent dans la main des hommes et la conséquence qui en résulte, c’est les grossesses non désirées et les maladies sexuellement transmissibles (IST). Et, l’une de ces causes est sans doute l’irresponsabilité des parents. Comme le dit souvent le commun des mortels « DIEU nourrit les oiseaux pourquoi pas les hommes » ; c’est sur cette pensée que se base bon nombre de parents qui sans penser à leur situation financière donnent à tort et à travers naissance à des enfants qui sont souvent laissés à leur propre sort. Leur scolarité et argents de poches n’engagent guère ses parents irresponsables qui ne savent pas ce que mange leurs enfants à l’école ni à la maison, ni comment évolue la scolarité de leurs enfants.

Aucun contrôle ni suivit n’est faits pour ses filles adolescentes complètement abandonner à leur propre sort. L’unique solution c’est la prostitution avoir plusieurs « grotos » pour leurs besoins financières. Certaines élèves s’adonnent à la prostitution, pas parce que les parents sont pauvres ou irresponsables mais aussi c’est parce qu’ils sont devenus accro du sexe à force de regarder les films pornographiques seuls sur les réseaux sociaux sans aucun contrôle et en l’absence de leur parents et souvent entre amis. Voulant mettre en pratique ce qu’elles regardent dans les films elles se donnent à tous sortes d’hommes ce qui provoque aussi des grossesses non désirées des jeunes filles. Aux regards de tous ce qui précèdent il est donc importants que parents, élèves et enseignants prennent leurs responsabilités pour travailler en toute complicité afin d’atténuer le taux galopant des grossesses non désirées dans les établissements scolaires au Togo. Que nos jeunes sœurs prennent au sérieux leurs études en évitant de se laisser berner par les propositions de ces hommes irresponsables.

A LIRE AUSSI: Cinq secrets à savoir sur l’homosexualité au Togo

Des conséquences non négligeables… Les conséquences de la prostitution infantile et des activités sexuelles prématurées de la part des adolescents) sont énormes et hostiles à la santé publique et le bien-être de la jeunesse  ainsi que le développement de l’Afrique en général. Selon les chiffres, on a enregistré au Togo entre 2009-2012, 5343 filles enceintes. Les Plateaux ravissent la vedette aux autres régions du Togo, dans ce score très alarmant, 2000 grossesses enregistrées dans cette période. Et les statistiques laissent voir qu’au Togo, 17,3% de grossesses sont précoces, 7,3% des filles-mères ne sont pas encore majeures, 7% des femmes de 15 à 49 ans mariées l’ont été avant l’âge de 15 ans et 29,1% avant l’âge de 18 ans (source afreepress)

Sur le plan éducatif, il en résulte l’abandon scolaire en raison de la grossesse précoce. Les grossesses des adolescentes et le VIH / SIDA tronquent certainement des adolescentes en préparation pour l’enseignement supérieur. Sur le plan médical, dans le cas de la grossesse précoce par exemple, il en résulte des complications de santé y compris les incidents élevés de faible poids de naissance, les bébés nés prématurément, dont certains deviennent des déficients mentaux. Il en résulte aussi la transmission des maladies sexuellement transmissibles (MST), y compris le VIH / SIDA à la suite de rapports sexuels non protégés.

Sur le plan social, en parlant de la grossesse chez les adolescentes, elle conduit à un taux élevé de tentative d’avortement, le suicide et l’abus de drogues, la prolifération des bâtards avec des avenirs incertains et l’augmentation d’une population caractérisée par un taux de dépendance élevé. En ce qui concerne les infections du VIH / SIDA, les victimes sont stigmatisés ; cette pratique affaiblit la lutte contre la pandémie. Et enfin sur le plan économique, le taux de chômage des adolescents sera à la hausse. Le chômage a un impact négatif sur la migration en Afrique dans le sens où ces adolescents [vivant dans des zones rurales] se déplacent vers les villes à la recherche d’emplois non-existants créant des problèmes d’assainissement en particulier, ceux qui colportent dans les rues des grandes villes africaines  mettant ainsi la pression sur les infrastructures sociales et les dépenses du gouvernement.

Les principaux acteurs doivent revoir leurs stratégies de lutte contre la grossesse précoce et travailler plus cordialement avec les écoles et les médias. Les parents doivent être sensibilisés sur leur rôle parental. La pauvreté étant une des principales causes de ce phénomène, les acteurs doivent surtout chercher à éliminer la pauvreté populaire abjecte.

Togonyigba

5 commentaires

Laisser un commentaire

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!