Nishamag

Togo: De Pasacal Bodjona “le boulanger” à Akodah Ayewouadan le discret

Pour la première fois le Togo a une femme au perchoir de l’Assemblée nationale. Pour la première fois, c’est une femme qui est chef du gouvernement. Pour la première fois également, le Secrétariat général de la présidence de la République est confié à une femme. Pour la première fois par ailleurs, le porte-parolat du gouvernement sera assuré par un duo composé de deux ministres aux styles opposés.

Lire aussi:Togo: les nouvelles ambitions du ministre de la communication Prof Ayewadan

Christian Trimua reconduit ministre des Droits de l’homme et Akodah Ayewouadan qui fait son entrée en tant que ministre de la Communication et des médias, sont les deux porte-parole du gouvernement Victoire Tomégah-Dogbé. Un poste qui est resté officiellement vacant depuis que Pascal Akoussoulèlou Bodjona a quitté les affaires en 2012, et assuré de façon tacite par Gilbert Bawara.

Pascal Bodjona, “le boulanger”

Pour beaucoup d’observateurs de la vie politique togolaise, Pascal Bodjona était le meilleur à ce poste. Il avait l’art de convaincre même s’il avait tort. Il savait capter la bienveillance de ses interlocuteurs même si ces derniers ne l’aimaient pas particulièrement. Les interminables dialogues politiques (CPDC, CPDC rénové) étaient des occasions en or données à Pascal Bodjona pour prouver qu’il était fait pour le poste de porte-parole du Gouvernement. Un des faits d’armes de l’ancien porte-parole du gouvernement Houngbo reste son altercation avec Délava Codjo, représentant de l’Union des forces de changement (UFC) à Togo 2000 où les travaux de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) avaient été circonstanciellement délocalisés lors de l’élection controversée de mars 2010. Avec la presse, l’ancien directeur de cabinet de Faure Gnassingbé trouvait toujours des mots justes pour donner l’impression à ceux-ci qu’ils étaient des amis. Comme Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire, Bodjona était le “boulanger” du Togo.

Lire aussi:Sérail: acculé, Christian Trimua recours à un pitoyable faux-fuyant

Gilbert Bawara, un style cash 

Gilbert Bawara, c’est plutôt le style (…) Lire la suite de l’article sur une autre presse

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!