Nishamag

Scandale : une fillette accuse son père et son grand-père de viol

Publicités

Le Nigeria Security and Civil Defence Corps (NSCDC), Osun Command, a arrêté deux personnes, un père et un grand-père, accusés d’avoir violé leur fille/petite-fille de 13 ans.

Lire aussi : Insolite : une homme épouse l’une de ses filles jumelles

Le porte-parole du commandement, M. Adigun Daniel, qui a révélé cela dans un communiqué publié à Osogbo le lundi 29 novembre, a déclaré que les suspects avaient été arrêtés vendredi.  

« Le corps a reçu un renseignement d’un informateur qui a révélé que la fille lui avait confié, que le grand-père et le père avaient eu des relations charnelles avec elle. Le corps est immédiatement passé à l’action et a arrêté le père », a déclaré Adigun.

« Après enquête, la jeune fille a déclaré que son père avait des relations charnelles avec elle depuis deux ans. Elle a également déclaré qu’elle vivait avec sa grand-mère maternelle à l’âge de trois ans avant d’être emmenée chez son grand-père paternel à l’âge de cinq ans. Elle a dit que son père et sa mère sont séparés et c’est pourquoi elle a été confiée à la garde de ses grands-parents à des moments différents.

La jeune fille a également déclaré qu’à un moment donné, elle avait été agressée sexuellement par son grand-père mais qu’elle ne pouvait pas se plaindre, du fait qu’elle vivait toujours avec lui », a déclaré le porte-parole du NSCDC.

Il a cependant ajouté que le père et le grand-père avaient nié avoir eu des relations charnelles avec la fille. Adigun a déclaré que le corps avait confié la garde de la jeune fille au ministère d’État des Affaires féminines et infantiles, en attendant la conclusion des enquêtes sur cette affaire.

Il a en outre déclaré que le commandant du NSCDC de l’État, M. Emmanuel Ocheja, avait ordonné qu’une enquête appropriée soit menée sur le cas présumé d’inceste contre la victime. 

Lire aussi : Scandale : un prêtre de 86 ans accusé d’agression s3xuelle sur un gamin de 12 ans

Le porte-parole du NSCDC a cité Ocheja disant que la jeune fille était psychologiquement perturbée pour donner un compte rendu vivant de son épreuve, ajoutant, cependant, que le corps recueillerait des informations utiles pour l’aider. Ocheja a déclaré que le NSCDC ne tolérerait un tel acte sous aucune forme, ajoutant que la protection des mineurs et des femmes était primordiale pour le corps.

Avec AfrikMag

1 commentaire

Laisser un commentaire

Nishamag
Publicités