Nishamag

Révélations : voici comment Samuel Eto’o est devenu le président de la FECAFOOT

Publicités

• Personne ne misait sur Samuel Eto’o

• Il a pourtant fait mentir les pronostics

• Voici comment il a procédé

Lire aussi : Football : le Roi Pélé à nouveau hospitalisé

A la surprise générale, Samuel Eto’o, ancien joueur du FC Barcelone et de l’Inter, a sévèrement battu le président sortant, Seidou Mbombo Njoya, qui avait été élu en 2018, mais dont la légitimité a été contesté jusqu’à la dernière minute par une frange des acteurs du football camerounais. Il n’y a pas eu match. Ce fut une véritable bérézina pour le président sortant.L’ancien international a été élu avec 43 voix, devant le président sortant, qui a recueilli 31 voix.

Seulement, lors de la campagne électorale, Seidou Mbombo Njoya ont affiché une sérénité quasi imperméable. Plusieurs délégués, pour le pas dire la majorité dans les régions lui ont accordé leur soutien à travers la signature des communiqué et autres. Pour beaucoup, c’était plié d’avance. Malgré la puissance (financière et soutien du monde des footballeurs) d’Eto’o, personne ne vendait cher sa peau. Certains disaient même qu’il allait se faire ridiculiser. Seulement, a la surprise générale, il a renversé les tendances lors du jour du vote.

D’ailleurs, lors du dépôt de sa candidature, le 17 novembre, Samuel Eto’o avait assuré qu’il serait le prochain président de la fédération camerounaise de football «malgré les tricheries».

Voici comment Eto’o a tout renversé

La stratégie du recommanded cast.

Personne ne l’a vu venir et personne ne pouvait l’imaginer aussi fin.

Tous ceux qui connaissent Tsinga et son système de fonctionnement depuis 2009 savent que la tour est impénétrable et ils ont raison. Souvenez-vous de dame Emvoutou qui malgré ses 200 millions de dépenses en 2013 avait récolté une seule voix : la sienne.

Quand les traditionalistes moi en tête savions que l’élection indirecte à la FECAFOOT ne pouvait permettre à un homme hors du système de gagner, Samuel Eto’o a par un génie électoraliste, décidé de contourner le système : encercler les votants sans bruit tout en donnant l’impression à l’adversaire qu’il ne fait rien du tout.

En fait tenez la finesse de l’homme.
– Cas du grand Nord : dans une assurance sans pareil, le candidat Seïdou décide de faire le corps à corps avec les électeurs, et s’en vas recueillir auprès d’eux, des signatures sur un document public qui visiblement, lui assurait leur vote.
En face le Ngambe sachant qu’il ne peut les avoir à cause de leur fidélité au système Iya en place, provoque une rencontre avec le Lamido de Garoua et quelques dignitaires, ils sont les guides des délégués. Après la signature du document de Seïdou, le Sultan (leur père) a attendu la veille du vote pour les appeler un à un et donner la dernière consigne. Soumission oblige.

Lire aussi : People : Kerozen annonce sa séparation avec Emma Dobré


– Cas du Nord-Ouest : le candidat Seïdou décide de gérer les délégués qui par ailleurs sont ses amis et s’assure de leur vote. Samuel Eto’o ne pouvant les convaincre malgré son programme excellent, rend visite à Danpullo qui connait chacun des délégués individuellement jusqu’à leurs familles. Allô vous savez qui vous aller voter désormais.

– Le centre, le cœur des institutions. La maison de Yoki Onana et de Soleil Nyassa. Ici Seïdou continue sa stratégie et obtient 5 signatures de délégués sur 6. Entre temps, Samuel Eto’o a son frère Yoki qui ne peut le trahir. Il a même fait un monument en son honneur dans sa Commune. Voilà comment après une visite éclair au domicile du Maire Yoki Onana, les délégués qui ont pourtant signé un document pour signifier leur fidélité à Seidou vont changer de langage. L’intrépide Nyassa Soleil a renié sa signature et avec l’appui de Yoki, il a entrepris de faire revenir tout le reste des délégués qui avaient signé pour Seidou avant. Stratégie quoi.

– A l’ouest, la région de Seïdou même, c’est là-bas où la complication s’est vraiment compliquée. Le cheval de Troie était le grand Tagouh dont SEF s’est assuré le ralliement juste quelques jours après le dépôt de la candidature. Il a fait son travail sans bruit.

– les régions de l’Est, le Littoral et le Sud-Ouest lui étaient déjà acquises.

– pour les autres délégués, tout le monde sait. Aucun footballer n’était en accord avec SEF. Mais il a mis les associations comme la Synafoc dans le sac, fait la paix avec toutes les anciennes gloires qui ont pris sur eux chacun de faire le corps à corps avec leurs cadets et son vote a été imposé.

Lire aussi : Buzz: la nouvelle compagne de Didier Drogba emballe la toile

En gros SEF n’a pas eu à faire aux délégués. Il a axé sa campagne sur un bon programme, une bonne communication et chercher les personnes à même de faire recommander son choix.

Chapeau bas Boss.
Je m’incline.

Hon. TIDJIO
Avec CamerounWeb

1 commentaire

Laisser un commentaire

Nishamag
Publicités