Nishamag

Qui est réellement Clarisse AGBEGNENOU, la franco-togolaise Championne du monde ?

Publicités

Clarisse Agbegnenou a vu le jour le 25 octobre 1992 à Rennes (France). Judoka émérite (évoluant en moins de 63 kg, poids mi-moyens) malgré son jeune âge, elle est d`origine togolaise.

Elle a déjà décroché plusieurs médailles internationales dans le cadre de sa jeune carrière. Clarisse a gardé de profonds attachements avec son Togo natal qu`elle a visité à plusieurs reprises avant l`entame de sa carrière professionnelle.

Clarisse Agbegnenou est l`une des rares sportives Togolaises, titulaires de la double nationalité, à avoir reçu des félicitations du Président du Togo, après une éclatante victoire personnelle. Les deux parents de Clarisse sont d`origine togolaise! Sa mère est originaire d`Atakpamé et est comptable. Son père est scientifique émérite en France.

Depuis ce Mercredi 09 juin, elle fait la une des journaux français après avoir remporté son 5eme titre mondial a Budapest

Lire aussi: Togo: Qui enceinte réellement les éleves ?

La miraculée Agbégnénou

Cette jeune femme de 28 ans, a pourtant mal commencé dans la vie. Elle est née avec son frère jumeau, grande prématurée à 7 mois. Elle ne respirait pas, elle avait des reins qui ne fonctionnaient pas. Elle est restée plusieurs jours dans le coma. Elle pense que c’est de là qu’elle tient son envie de vivre, sa soif d’aller de l’avant et sa conviction que tout est toujours possible.

Petite, elle a souvent été malade et souvent hospitalisée, mais ses parents d’origine togolaise lui disait : “lève-toi et marche”. Suractive à l’école, boule d’énergie incontrôlable, c’est la directrice qui a conseillé à ses parents de l’inscrire à un sport de combat pour la canaliser. Elle avait 10 ans. Et de fait, le judo lui a tout appris. Les règles, le respect de l’adversaire, le fait que ce n’est pas la loi du plus fort, mais la loi du plus intelligent. Le judo lui a aussi appris à accepter l’injustice des mauvaises décisions d’arbitrage.

Lire aussi: La claque de Macron était-elle préméditée ?

Le judo était à ses débuts une simple passion pour Clarisse, avant de devenir à ses yeux son sport de prédilection. Elle a pratiqué la danse, l`athlétisme, le volley, et n`a rejoint véritablement le monde des judokas qu`à l`âge de 9 ans. C`est au sein du club “AMA Arts Martiaux” d`Asnières que cette Franco-togolaise a fait ses premières armes de judo, à l`âge de treize ans. Elle a fait ses premières preuves en judo sur le territoire français.

Son père a donné son accord pour les compétitions à condition qu’elle n’arrête jamais les études. Il l’a menacé de l’obliger à tout arrêter si elle ne passait pas son bac, alors qu’elle était déjà championne d’Europe junior. Résultat, elle a eu son bac.

À peu près à la même époque, elle a eu une petite histoire à l’INSEP, une bagarre avec une autre fille qui l’a conduite devant un tribunal. Elle a été condamnée à 70 heures de travail d’intérêt général. C’était la première et la dernière fois qu’elle dérapait.

Lire aussi: Fête de la musique au Togo: Une aubaine pour les jeunes talents

Clarisse sur le toit du monde

Clarisse Agbegnenou deviendra très vite championne d`Europe cadette, vice-championne de France en 2008, puis championne de France en 2009, avant d`entrer à l`Institut national du Sport, le temple de l`éducation sportive dans l`Hexagone.

En 2014 après une très belle victoire aux Championnats du monde de judo à Tcheliabinsk, en Russie, le président du Togo Son excellence Mr Faure Gnassingbé lui a adressé les mots suivants: «Cette prouesse inédite fait l’honneur et la joie de votre pays d’origine le Togo et constitue une source d’inspiration pour la jeunesse de notre pays. Au moment où la planète entière salue votre talent et votre persévérance, je vous adresse au nom du peuple togolais et en mon nom personnel, mes plus vives et chaleureuses et félicitations (…) Et vous souhaite d’autres victoires tout aussi éclatantes».

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Nishamag
Publicités