Nishamag

Le Togo des diffamateurs: Tout le monde en rit sauf l’humoriste, Paradoxe de la vie…

Publicités
Diffamation : Porter atteinte à la réputation d’une personne par des paroles et des écrits. C’est bon ?

Alors, voici les faits.

Adebayor Sheyi, Gloire du football togolais contre Gogoligo l’humoriste et Papson, l’artiste musicien. Le premier crie à la diffamation, les deux autres retrouvent sous les verrous. Dans les commentaires sur les réseaux sociaux, c’est interprété comme un doublé de l’ancien joueur !

Lire aussi:Gogoligo et Papson Moutite échappent à la prison!

Tout le monde en rit sauf l’humoriste. Paradoxe de la vie…

Adebayor Sheyi revient ensuite en porteur de paix, avec une lettre au procureur, demandant la libération des co-accusés. Indulgence ou Schizophrénie… Ces stars qui, gâtés par la vie, enchaînent les caprices. Ayant quasiment les moyens de faire et de défaire, ils ne savent plus ce qu’ils veulent réellement.

Bref, tout le monde est à peu près content. On peut reprendre une vie normale.

Cette affaire a tout de même un niveau d’absurdité plutôt acceptable pour l’époque que nous traversons.

Sinon, le 7 Juillet 2004, au Palais de Justice de Lomé, Harry Olympio un politicien togolais aujourd’hui en exil a été invité à produire preuves et témoins suite à des propos diffamatoires à l’endroit de Feu Me Yawovi AGBOYIBO. Olympio a dit d’Agboyibo qu’il a pris de l’argent chez le Président Eyadema pour créer son parti le CAR. –Prouvez le M. Olympio. – J’ai un témoin rétorque ce dernier, c’est Me AGBOYIBO lui même ! Qu’il jure sur la bible qu’il n’a jamais pris de l’argent chez le Chef de l’Etat. Agboyibo jura alors sur la bible qu’il n’a jamais pris d’argent chez le Président de la République. Le procureur a estimé que le délit n’est pas constitué parce que Me Agboyibo a été un collaborateur de l’état. Le délibéré 7 jours plus tard a relaxé Harry Olympio. Dans ce procès qui a tout de même duré 11 heures d’horloge, la partie civile représentant Agboyibo était composée de 15 avocats. Harry Olymio n’en avait pas.

Lire aussi:Affaire Adebayor-Gogoligo-Moutite: ça sent pas bon du tout!

3 ans auparavant, en Août 2001, c’est le même Maître Yawovi AGBOYIBO qui fut écroué à la prison civile de Lomé. 6 mois de prison ferme, 100 000 F CFA d’amende et 1 franc symbolique pour avoir diffamé le Premier Ministre de l’époque, Messan Agbeyomé Kodjo. Ce dernier a poursuivi l’opposant pour l’avoir accusé en 1998 de parrainer une milice armée qui commettait des meurtres dans la localité de Sédomé, préfecture de Yoto.

Karl Marx dit que l’histoire se répète toujours deux fois. La première fois comme une tragédie, la seconde fois comme une farce. Avec nos star togolaises du football, de l’humour et de la Musique, elle s’est répétée une troisième fois comme une bêtise en bande désorganisée, un procès d’attardés dont les cerveaux trop enfumés à la shisha de mauvaise goût, les laisse faire échapper des imbécilités, des égarements et autres bavardages pestilentiels du même tonneau.

Le blog du salaud lumineux

1 commentaire

Laisser un commentaire

Nishamag
Publicités