Nishamag

Drame au Ghana : un lycéen poignardé à mort

Publicités

Le commandement de la police du district de Konongo dans la région d’Ashanti au Ghana a arrêté cinq élèves du lycée Konongo Odumase en lien avec l’attaque au couteau d’un autre élève de 15 ans.

Larhan Sam’un, le défunt, a été poignardé à mort par son collègue le vendredi 5 novembre 2021, après avoir tenté de calmer une bagarre entre ses camarades.

Les enquêtes préliminaires de la police montrent que le principal suspect, Emmanuel Frimpong, 17 ans, maltraitait des élèves de première année et, face à la résistance de certains lycéens, il a poignardé Larhan Sam’un à mort.

Lire aussi : Miss Togo : la nouvelle voiture de 18 millions d’Aida Yombo fait grincer des dents…

Selon la police, jusqu’à présent, cinq personnes, dont le principal suspect, ont été arrêtées et détenues pour aider aux enquêtes.

Le DSP Osei Adu Agyemang, le commandant de la police du district de Konongo, a raconté l’incident malheureux et de l’arrestation des coupables.

« Ces cinq suspects qui sont tous en deuxième année se sont ligués et ont décidé d’aller intimider les élèves de première année et d’en agresser certains.  Les élèves de première année qui estimaient que l’action n’était pas justifiée ont résisté et ont réussi à sauver un lycéen en particulier des griffes de ces cinq suspects.  Cette action a exaspéré les cinq suspects, et l’un des suspects, Emmanuel Frimpong s’est précipité sur l’un des lycéens de première année pour tenter de le gifler.

Lire aussi : Insolite : l’homme ayant le plus gros penis au monde fait des révélations choquantes

Alors, Larhan Sam’un, qui était à proximité, a arrêté Frimpong.  Cette action a rendu furieux le principal suspect, puis il a sorti un petit couteau de cuisine qu’il avait caché sur lui et a poignardé Larhan Sam’un à la côte inférieure gauche.  Le défunt a commencé à saigner abondamment et a ensuite été transporté d’urgence à l’hôpital, où il a été déclaré mort.  La police a pu arrêter les cinq suspects et a également récupéré le petit couteau de cuisine taché de sang », a-t-il déclaré.

 La famille réclame justice

Les membres de la famille du défunt affirment que, bien que le suspect ait admis avoir commis l’acte, ils souhaitent que les autorités compétentes veillent à ce que toutes les personnes impliquées dans l’affaire soient traitées conformément à la loi.

« Il existe des lois au Ghana qui traitent des personnes qui ont commis un crime comme celui-ci.  Donc, tout ce que la famille demande, c’est que justice soit faite.  Ce qui doit être fait pour que le suspect se rende compte qu’il a commis un crime doit être fait.  Notre parent décédé était calme, nous sommes donc vraiment attristés par son décès », a déclaré à Citi News Alhaji Abubakar Siddick, un oncle du défunt et porte-parole de la famille.

Pendant ce temps, le directeur de l’école, le Dr Benjamin Kwaku Baah, a assuré que l’école collaborerait avec la police pour s’assurer que justice soit rendue dans cette affaire.

Avec AfrikMag

1 commentaire

Laisser un commentaire

Nishamag
Publicités