Nishamag

Drame : une patiente violée par des médecins succombe suite à des complications

Publicités

Une patiente est morte après avoir été droguée et violée par des médecins dans une clinique du quartier Enta, dans dans la commune de Matoto, une banlieue de Conakry.

Lire aussi : Scandale : un prophète viole une femme enceinte pour la …

Une patiente de 25 ans, du nom de M’Mah Sylla est décédée à la suite d’un viol occasionné par des médecins d’une clinique. La jeune fille s’est rendue au centre de santé pour des douleurs abdominales. Arrivée sur les lieux, elle a été installée dans une chambre où l’un des médecins de la clinique lui aurait faire boire une boisson qui l’a endormie.

A son réveil, la demoiselle a remarquée qu’elle était toute nue et sentait qu’elle avait subi une violence sexuelle. Elle confronte le médecin qui nie les faits. Quelques semaines plus tard la femme constate qu’elle est enceinte, après deux tests de grossesse effectués dans la même clinique.

Le médecin qui aurait nié les faits, lui propose de conserver la grossesse sous prétexte qu’il allait en prendre soin. Mais elle décide d’avorter. Elle est donc orientée vers un autre médecin qui la viole à son tour. Il l’informe qu’elle n’est pas enceinte mais a plutôt un kyste.

Ces deux médecins n’ont aucune formation en chirurgie et en gynécologie. Ils obligent la jeune fille à se laisser opérer sous prétexte que son kyste a explosé et qu’elle peut y laisser la vie. En seulement 02 mois, elle a été opérée 5 fois mais sans succès. Il s’en suit des complications.

Lire aussi : Scandale : un prêtre de 76 ans arrêté pour viol

Prise en charge par une ONG, elle sera évacuée en Tunisie où elle décède malheureusement le samedi 20 novembre 2021 après une 7ème opération. Face à cette tragédie, le gouvernement guinéen promet accélérer les enquêtes afin que les coupables paient pour leurs actes.

L’ONG et le père de la victime ont porté plainte à la gendarmerie. Ce qui a permis l’arrestation des médecins qui ont participé à toutes ces opérations.

Avec AfrikMag

2 commentaires

Laisser un commentaire

Nishamag
Publicités