Nishamag

Covid-19: l’espoir permis par Elom 20ce


Pour le très prolifique rappeur Elom 20ce, son nouveau clip « Amewouga » sonne comme une lettre des ancêtres à la terre: “L’être humain est plus précieux que les biens matériels”, Amewuga en langue éwé.

La fin de l’histoire était déjà disponible dans clip Points d’interrogation. Dans cette nouvelle vidéo, le rappeur togolais nous présente le court métrage qui met en image la chanson « Amewuga ».


D’actualité et pourtant écrit avant la crise sanitaire du Coronavirus, le court métrage raconte les effets dévastateurs de l’homme sur son écologie. Réalisé par Elom 20ce, l‘histoire se déroule en 2092 à Anyigba (la terre en éwé), ville dans laquelle la pollution est à son comble, où certaines compagnies commencent à faire le commerce de l’air pur.
La vidéo s’ouvre par des danseuses équipées de masques à gaz rappelant ce que subit le monde entier en ce moment à cause du coronavirus. Puis Noukpékpé Makpézan, l’esprit à craindre en langue éwé, envoyé par les ancêtres sur terre pour venir en aide aux danseuses. La suite de l’histoire est contée par le chanteur Dama Damawuzan, un des grands de la musique soul et funk des années 70, aussi crédité sur le titre « Agbe Favi ».
Ce chef-d’œuvre a été tourné entre Aného (Togo), et Ouidah (Bénin). Comme à son habitude, Elom ne s’éloigne pas de son crédo, masque, costumes Asrafobawu en Bogolan et Kenté, des messages d’espoir après le chaos rappelant son précédant morceau « sossignalé ».


Cet épisode, le deuxième dévoilé, est en fait le prologue de la trilogie. Un chef d’œuvre qui fait encore parler de lui. « Points d’interrogation » déjà sorti, en était quant à lui le 3ème volet. Elom 20ce a souhaité raconter l’histoire par la fin pour nous dire que des ténèbres jaillissent souvent la lumière et que la fatalité n’existe pas.

Joseph Koffi

4 commentaires

Laisser un commentaire

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.

Nishamag