Nishamag
Homoxexualité Togo Nishamag

Cinq secrets à savoir sur l’homosexualité au Togo


Libéralisée dans plusieurs pays européens, l’homosexualité reste un sujet tabou dans la plupart des pays africains. Au Togo d’Adébayor Shéyi, elle a du mal à se faire accepter par la société, toujours conservatrice des valeurs traditionnelles.

Même si elle se pratique encore dans le secret le plus absolu, l’homosexualité continue de gagner secrètement du terrain dans le pays où la communauté LGBT tente, tant bien que mal, de s’épanouir entre menaces et discrimination.

Nisha vous propose en cinq (5) points ce qu’il faut savoir sur l’homosexualité au Togo.

Le business Gay

Au-delà d’être une simple orientation sexuelle, l’homosexualité tend à devenir un réel business à Lomé où se multiplient les bars, cabarets et coins chaud Gay que seuls les initiés peuvent reconnaitre.

Une enquête du journal Focus Infos avait d’ailleurs révélé que la prostitution homosexuelle serait une tendance actuellement à Lomé.

Des travailleurs compris entre 18 et 40 ans interrogés par le journal avaient confié que leurs clients étaient pour la plupart des hommes mariés d’un certain standing qui peuvent se payer leurs services dont les prix varient entre 25 000 FCFA et 55 000 FCFA.

Homosexualité et rumeurs dans le showbiz

Aucune enquête sérieuse n’a démontré l’existence de cette pratique dans le Show Biz.
Mais les rumeurs persistantes de certains producteurs et mécènes culturels exigeants des faveurs sexuels des artistes pour les mettre sur un spectacle avait largement circulé vers la fin d’année 2019 sur les réseaux sociaux.

Les Toy boys

En référence à la série télévisée espagnole, cette forme de prostitution se développe dans le milieu LGBT ces dernières années au Togo. Il s’agit de réseaux bien organisés, disposant parfois de plateformes numériques, qui proposent des services d’Escort-boys pour des clients.

Discrimination et fort taux de VIH

Considérée comme une couche vulnérable, la communauté des LGBT demeure victime de discrimination, de stigmatisation, et de violence.

Une enquête publiée par Afrobaromètre en 2018 révèle que l’intolérance à l’égard des homosexuels est presque générale au Togo (86 % des personnes enquêtées).

Cette discrimination est l’une des raisons principales du fort taux de prévalence du VIH au sein de cette communauté selon le Programme Nationale de Lutte contre le SIDA. Une enquête du programme a indiqué que près d’un homosexuel sur cinq (5) est porteur du VIH.

Ce que dit la loi

Au Togo comme dans plusieurs autres pays africains, l’homosexualité est punit par la loi.
En effet, le code pénal togolais punit «tout acte impudique ou contre nature commis avec un individu du même sexe», d’une peine d’une peine d’emprisonnement d’un (1) à trois (3) ans et d’une amende de 1. 000. 000 à 3 000 000 francs CFA.

Malgré l’existence de cette loi, il n’est pas rare que des individus accusés de pratiques homosexuelle soient victimes de lynchages de la part des populations.

Elom Duvor

2 commentaires

Laisser un commentaire

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!