Nishamag

BAD : le Nigérian Adesina pourrait tomber

La réélection d’Akinwumi Adesina à la tête de la Banque africaine de développement dépendra des conclusions d’une enquête indépendante Cette fois c’est sûr, la réélection du Nigérian Akinwumi Adesina à la tête de la Banque africaine de développement dépendra des conclusions d’une enquête indépendante. Dans un communiqué publié tard jeudi soir, le bureau du conseil des gouverneurs de la BAD a autorisé une « revue indépendante du rapport du comité d’éthique » de la banque panafricaine, rapport qui avait blanchi début mai le président de l’institution des accusations de favoritisme. Une affaire qui connaît quelques rebondissements ces dernières semaines.

Lire aussi:Top 15 des personnalités afro les plus riches du monde


Démarrée en début d’année avec une plainte interne de lanceurs d’alerte, l’affaire semblait enterrée début mai à la suite des conclusions du comité d’éthique… Celles-ci disculpaient Akinwumi Adesina des accusations de prévarication, mais les lanceurs d’alerte sont revenus à la charge et ont réclamé une enquête indépendante. Une démarche confortée par la pression de Washington.
Le bureau du Conseil des gouverneurs, composé de trois pays, a eu du mal à prendre une décision consensuelle. Il a donc dû consulter tous les 54 pays africains et les 26 non africains, actionnaires de la BAD et constater qu’il y avait différents points de vue sur l’affaire. Par exemple, le Nigeria, principal contributeur de l’institution, soutient Adesina.
Le communiqué du bureau du Conseil des gouverneurs, signé ce jeudi ne parle donc pas d’enquête indépendante, qui supposerait que le président de la banque panafricaine se mette en congé, mais plutôt de « revue indépendante du rapport du comité d’éthique ». Pour ne pas trop bousculer le calendrier électoral, la personnalité neutre qui sera bientôt désignée aura 2 à 4 semaines pour rendre ses conclusions.

Lire aussi:Top 5 des préfectures qui comptent plus de milliardaires au Togo


Quel que soit le sort de l’actuel président de la BAD, cette affaire pourrait conduire à des changements du règlement intérieur de la banque panafricaine. La politique de dénonciation d’abus et de traitement des griefs sera passée au crible. Elle pourra donc être révisée, laisse entendre le bureau du conseil des gouverneurs de la BAD.


Source  RFI.

1 commentaire

Laisser un commentaire

  • […] Démarrée en début d’année avec une plainte interne de lanceurs d’alerte, l’affaire semblait enterrée début mai à la suite des conclusions du comité d’éthique… Celles-ci disculpaient Akinwumi Adesina des accusations de prévarication, mais les lanceurs d’alerte sont revenus à la charge et ont réclamé une enquête indépendante. Une démarche confortée par la pression de Washington.Le bureau du Conseil des gouverneurs, composé de trois pays, a eu du mal à prendre une décision consensuelle. Il a donc dû consulter tous les 54 pays africains et les 26 non africains, actionnaires de la BAD et constater qu’il y avait différents points de vue sur l’affaire. Par exemple, le Nigeria, principal contributeur de l’institution, soutient Adesina.Le communiqué du bureau du Conseil des gouverneurs, signé ce jeudi ne parle donc (…) Lire l’article sur Nishamag.com […]

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!