Nishamag

Au Ghana, les porteurs de cercueils gagnent 230 milles par funérailles

Vous avez certainement vu sur la toile des vidéos de ces porteurs de cercueils ghanéens qui font le buzz en ce moment où le monde entier est terrifié par la pandémie du Covid19.
Qui sont-ils? Pourquoi sont-ils devenus aussi célèbres sur la toile?

Lire aussi:Révélations sur la vie secrète des tueurs en série africains

Nisha vous laisse d’abord regarder cette vidéo gag:

Les porteurs de Benjamin Aidoo font plus que transporter des cercueils. Ils l’amènent au niveau supérieur – en dansant jusqu’à la dernière demeure des morts. Dans un court documentaire, la BBC News a montré comment les personnes en deuil au Ghana préfèrent souvent des funérailles joyeuses pour montrer la réussite d’une famille.
Le fondateur, chorégraphe et leader de ce qu’ils appellent la “troupe des porteurs de cercueil”, Benjamin Aidoo, a lancé son entreprise en 2010. Dans une interview, il a déclaré qu’il avait finalement décidé d’ajouter une chorégraphie à la marche funèbre pour donner un peu de style à la cérémonie. Il demande toujours à ses clients : « Voulez-vous que ce soit solennel ou voulez-vous un peu plus de spectacle ? Ou peut-être voulez-vous y ajouter une chorégraphie ? »

Lire aussi:Top 8 des sectes les plus influentes en Afrique


« Les gens se vantent de ce qu’ils dépensent pour un enterrement… Ils disent avec fierté “J’ai dépensé 10 000 cedis (plus d’un million de FCFA) “. Les Ghanéens n’épargnent aucune dépense car nous nous soucions plus des morts que des vivants. Il suffit de mourir et vous verrez combien d’êtres chers vous avez », a déclaré Aidoo.
Les porteurs de cercueils ont depuis acquis une certaine notoriété, car on les a vus exécuter des chorégraphies, tomber par terre, tourner et même lancer le cercueil en l’air.
Aidoo fait généralement payer aux personnes en deuil jusqu’à 2 200 cedis (230 000 F CFA) par représentation. Depuis, il a créé 100 emplois pour des jeunes hommes et femmes au Ghana, à la recherche de possibilités de gagner leur vie.
Outre les emplois qu’il a créés, Aidoo a également déclaré qu’il investit “beaucoup” dans la tenue de son équipe.
« Ces gens, lorsqu’ils emmènent votre bien-aimée à sa dernière demeure, ils dansent aussi, alors j’ai décidé de donner à ma mère un voyage de danse chez son créateur », a déclaré Elizabeth Annan une cliente.
Les rites ou cérémonies funéraires sont considérés comme des célébrations au Ghana. Les familles dépensent des milliers de cedis pour la nourriture, les boissons, le lieu de la cérémonie, un disc-jockey, un groupe de musique, des brochures, des affiches, des photographes et même des vidéastes qui filment les personnes en deuil et les familles alors qu’elles font leurs derniers adieux à leurs proches décédés.

Lire aussi:Zangbeto, Guèlèdè, Egun […], les sociétés secrètes du Bénin



Dans une tribune publiée dans le quotidien américain Denver Post, la chronique ghanéenne Vicky Wireko estime que les funérailles au Ghana sont devenues un énorme fardeau pour les finances des familles, car elles sont obligées de demander des prêts ou d’emprunter de l’argent à la banque.
Les funérailles au Ghana, selon l’article, sont “follement élevées”. Un cercueil sculpté peut coûter jusqu’à 2 500 cedis (environ 261 000).

Joseph Koffi

7 commentaires

Laisser un commentaire

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!