Nishamag

Affaire trading: Awaga balance (enfin) ses complices « haut placés »

Publicités

Va-t-on vers des nouveaux épisodes palpitants de l’affaire Ghislain Awaga ? Le « jeune milliardaire » vient-il d’ouvrir la boite de Pandore ? Ce sont en tout cas les questions que se posent plusieurs Togolais à la suite d’une vidéo du fondateur de Global Trade Corporation qui circule depuis quelques heures sur les réseaux sociaux.

A LIRE AUSSI: Top 5 des quartiers de Lomé dont les filles font peur aux hommes

Dans la vidéo, Ghislain Awaga qui revenait sur la genèse de son entreprise de trading n’a pas manqué de souligné qu’il a été véritablement lancé par un proche employé à l’OTR qui lui aurait confié ses premiers milliards à gérer.

« (…) Au début je faisais de la gérance de portefeuille et on se partageait les bénéfices avec les clients. Au fur et à mesure, il y avait un de mes oncles à l’OTR qui avait des milliards qui m’a confié ses sous à gérer. C’est en ce moment que les articles ont été publiés sur moi estimant que j’étais milliardaire alors qu’en vrai je gérais simplement l’argent des gens, moi-même je n’avais rien », a indiqué celui que plusieurs appellent déjà le « Bernard Madoff togolais ».

A LIRE AUSSI: La première épouse de Davido est une togolaise [Photo]

Cette sortie vient donner du grain à moudre à une partie de l’opinion qui estime que Ghislain Awaga avait bénéficié de la complicité de certaines personnes « haut-placées » pour pouvoir monter la supercherie qui a ruiné des milliers de Togolais. Depuis que ce scandale financier a éclaté, plusieurs Togolais n’ont eu de cesse d’interpeller les autorités publiques à situer les responsabilités aussi bien auprès des « tradeurs » que de leurs complices au sommet de l’Etat.

A LIRE AUSSI: Révélation: Adébayor désormais ruiné !

 Un cri de cœur qui n’a, pour l’instant, été que partiellement écouté puisqu’une dizaine de personnes inculpé dans le cadre de l’affaire trading croupissent actuellement en prison en attente de leur procès. Elles risquent jusqu’à 20 ans de prison.

Fabienne AMEGAN

1 commentaire

Laisser un commentaire

Nishamag
Publicités