Nishamag

Affaire Togoland: comprendre la discorde historique entre le Togo et le Ghana

Je suis tombé sur le rapport spécial de l´ONU de 70 pages qui a scellé le sort du Togo britannique en faveur du rattachement à la Côte-de-l´Or (Ghana actuel) par le plébiscite du 9 mai 1956. Aujourd´hui, c´est un grand jour pour moi de pouvoir savoir exactement ce qui avait fait basculer le destin du Togo britannique lors de ce plébiscite. Le PTP de Nicolas Grunitzky et la France ont joué un rôle défavorable et très déterminant dès 1954 empêchant l´indépendance du Togo britannique qui pouvait faciliter plus tard l´unification avec le Togo sous tutelle française car entre-temps, le gouvernement britannique en 1954 a affirmé à l´Assemblée générale de l´ONU qu´il voulait donné l´indépendance complète au Togo britannique en même temps qu´à la Côte-de- l´Or mais la France était très réticente et avait rejeté cette idée, craignant que les Togolais sous tutelle française ne réclament aussi leur indépendance comme leurs frères du Togo britannique.

Lire aussi:Ghana: les sécessionnistes du Togoland soutenus par le pouvoir de Lomé ?

Cela avait conduit finalement le Royaume-Uni à abandonner cette idée et opter pour le référendum. Sachez aujourd´hui que Nicolas Grunitzky aussi avait contribué à ce jeu malsain et regrettable qui avait entraîné l´échec de l´unification des deux territoires. Moi, je n´approuve pas les hommes mais leur politique. Ce n´est pas parce que Nicolas Grunitzky était d´Atakpamé et que je suis d´Atakpamé que je vais approuver sa politique alors qu´il avait mené une politique en faveur de la France et contraire aux intérêts du Togo, surtout pour ce qui concerne l´indépendance et l´unification des deux territoires britannique et français. Je trouve cela triste. L´autre remarque est que pendant la Mission des agents de l´ONU en 1955 et le plébiscite de 1956, les partis du camp contre la réunification avaient plus d´influence dans les deux Togos sous tutelle au sein de leurs populations. À la Côte-de-l´Or c´était le CPP de Kwame Nkrumah qui voulait intégrer le Togo britannique dans la Côte-de- l´Or et au Togo français, c´était le PTP de Nicolas Grunitzky et le parti des populations et chefs du Nord-Togo soutenus par la France qui rejetaient aussi énergiquement l´indépendance et l´unification des deux zones du Togo sous tutelle voulues par Sylvanus Olympio. Voilà les sources de nos malheurs au Togo.

À travers le document on verra comment ce plébiscite a été organisé et contrôlé par le Royaume-Uni et non en réalité par l´ONU. En plus, les agents de la Mission de visite, envoyés d´abord sur le terrain en 1955 dans les deux territoires sous tutelle pour recueillir les avis des populations, des chefs locaux et ceux des leaders politiques en vue de faire un rapport au Conseil de tutelle de l´ONU, ont joué un rôle clé pour ce rattachement du Togo britannique à la Côte-de- l´Or, ce qui ne donnera un an plus tard aucune chance à l´unification des deux Togos britannique et français en 1956 lors de ce plébiscite. 

Tout avait commencé en 1955 quand le Conseil de tutelle de l´ONU avait créé la Mission de visite composée de 4 agents qui se sont rendus dans les deux territoires sous tutelle britannique et française en vue de décider un an plus tard de l´avenir du Togo britannique et celui de l´unification.

Il s´agit de Monsieur S. K. Banerji (Inde) président de la Mission
Monsieur J.M. McMillan ( Australie)
Monsieur Salah Eddine Tarazi (Syrie)
Monsieur Robert R. Robbins (Etats-Unis d´Amérique)

Leur mission était d´aller sillonner ces deux territoires séparés, rencontrer les populations, les chefs locaux et les leaders des partis politiques afin de recueillir leurs vœux dans ces deux territoires sous tutelle et de dresser un rapport au Conseil de tutelle sur l´avenir du Togo britannique et de son unification avec le Togo sous tutelle française. À leur arrivée sur le terrain, ils se sont d´abord rendus au Togo britannique administré par la Grande Bretagne et ensuite au Togo administré par la France.

Lire aussi:Togoland: un avocat togolais pour sauver les sécessionnistes ghanéens

1) La Mission dans le territoire du Togo sous l´administration britannique

Là, deux thèses s’affrontent chez les (…) lire la suite de l’article sur une autre presse

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!