Nishamag

3e mandat de Ouattara : les USA s’en mêlent et mettent en garde!

L’élection présidentielle du 31 octobre n’est apparemment pas que l’affaire des Ivoiriens. La question d’un troisième mandat ou non d’Alassane Ouattara à la tête de la Côte comporterait également un enjeu de géopolitique internationale entre les puissances occidentales notamment la France et les USA à en croire l’analyste politique belge Luc Michel.

Intervenant en fin de semaine dernière sur la chaine de télévision panafricaine Afrique Media, le politologue belge a indiqué que la lutte d’influence entre la Maison Blanche et l’Elysée se transpose en Côte d’Ivoire à quelques mois de la présidentielle à venir.

LIRE AUSSI: Dernière minute: Le ministre Français à Abidjan pour évoquer la candidature de Alassane Ouattara

Selon Luc Michel, la question du troisième mandat d’Alassane Ouattara à la tête de la Côte d’Ivoire préoccuperait l’administration Trump qui est bien décidé à se débarrasser du régime de Ouattara afin de réduire l’influence de la France en Côte d’Ivoire.

« Le sort de la Côte d’Ivoire ne dépend plus des Ivoiriens. (…) Les USA qui soutiennent Londres et le Nigéria refusent de voir la France s’emparer des commandes de la CEDEAO.  (…) Ce qui importe pour les américains ce n’est absolument pas l’identité du prochain président Ivoirien, l’administration américaine veut juste qu’il ne soit pas un allier de Paris qui va aider la France à prendre contrôle de la CEDEAO. (…) Ce n’est pas le retour de Gbagbo, Soro ou Blé Goudé qui est en jeu ; c’est plus une lutte pour évincer l’influence française en Afrique de l’Ouest », a commenté Luc Michel.

Pour le politologue belge, la mobilisation des américains derrière l’affaire de drogue dans laquelle est citée le ministre de la Défense Hamed Bakayoko serait une preuve de l’ambition de l’administration Trump d’en finir avec le régime Ouattara.

Affaire FCFA : quand Rawlings se déchaîne sur Ouattara

« L’affaire Bakayoko est là pour détruire ce qui était l’autre dauphin possible de Ouattara. La maison blanche s’est mobilisé derrière cette affaire pas forcement pour combattre la drogue mais pour en finir avec le régime Ouattara », analyse-t-il.

L’analyste politique a, par ailleurs révélé qu’un émissaire du gouvernement américain aurait été envoyé pour rencontrer certains président de la sous-région notamment le ghanéen Nana Akufo-Addoh et le Nigérian Mohammed Buhari pour dissuader et « mettre en garde » Alassane Ouattara contre un troisième mandat.

Gbangban

5 commentaires

Laisser un commentaire

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!